Organisation - Ecto

Organisation

Un article de Ecto.

Sommaire

[modifier] Organisation

Le projet ECTO a choisi le modèle coopératif pour plusieurs raisons.

Vie démocratique 
Permettre à  chacun d'avoir voix au chapitre dans l'organisation et l'aménagement de l'espace et miser sur la volonté d'implication des membres.
Valeurs 
Le projet ECTO s'insère dans le mouvement "co-working space" et adhère aux valeurs de collaboration, d'ouverture, de communautarisme et de développement durable.[1]
Développement des compétences 
Le projet ECTO valorise le développement des compétences de ses membres en leur offrant un contexte qui permet aux membres de partager leurs expériences professionnelles avec d'autres membres, ou à  travers leur implication au sein de la coop.
Économie sociale 
La mise en place du projet ECTO permettra aux travailleurs autonomes d'améliorer leurs conditions de vie, trop souvent marquées au sceau de la précarité.
Solidarité et sociabilité 
En raison des coùts élevés que représente la mise en place d'une nouvelle entreprise, ECTO pourra offrir un soutien logistique tout en facilitant les échanges formels et informels entre les membres.
Abordable 
Ecto sera une coopérative profitable pour l'ensemble de ses membres avec des services de qualité à  bas coùts via la force collective.

[modifier] Membership

Le choix du modèle de coopérative de solidarité nous permet d'accueillir une variété de contributions au projet.

Membres utilisateurs de l'espace
Individus et petites organisations (1-4 personnes, jeunes entreprises en incubation ("start-up"). Les membres utilisateurs sont essentiels à  la viabilité de l'espace ECTO.
Membres travailleurs
Idéalement, ECTO devrait pouvoir compter sur une ou deux personnes pour assurer le bon fonctionnement des lieux. Ces membres travailleurs donneront un visage humain et accueillant à  l'espace.
Membres de soutien
Individus et organisations qui souhaitent appuyer le projet


[modifier] Stratégie de communication

Le projet ECTO entend chercher des appuis dans le milieu où la coop sera implantée et auprès d'associations de travailleurs autonomes. Ces derniers pourraient appuyer un projet qui vise justement à  rapprocher leurs membres.

Afin de faire connaà®tre le projet et de recruter les premiers membres de la coopérative, les initiateurs du projet ont essentiellement utilisé le bouche à  oreille. Dès à  présent, nous entendons ratisser plus large en faisant parvenir l'information (lettre et dépliant) à  un ensemble de structures et de réseaux nous permettant de rejoindre le plus grand nombre possible de TNU :

  • Coalition des travailleuses et des travailleurs autonomes du Québec (www.cttaq.ca)
  • Affaires et développement québécois (regroupement d'entrepreneurs autonomes québécois) (www.aedq.org)
  • Répertoire des travailleurs autonomes du Québec (www.reptaq.com)
  • Répertoire des travailleurs autonomes francophones du Québec(www.autonome.ws)
  • Section Travailleurs autonomes de la Toile du Québec (www.toile.com/ta)
  • L'entreprise Agent solo (www.agentsolo.com)
  • Les artisans des arts graphiques de Montréal (www.artisansgraphiques.qc.ca)
  • L'association canadienne des journalistes (www.caj.ca)
  • L'association canadienne des photographes et illustrateurs en communication (www.capic.org)
  • L'association canadienne des réviseurs (www.reviseurs.ca)
  • L'association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ)(www.ajiq.qc.ca)
  • L'association québécoise des informaticiennes et informaticiens indépendants (www.aqiii.org)
  • Canadian Association of Professionnal Speakers – section montréalaise (www.canadianspeakers.org)
  • Fédération professionnelle des journalistes du Québec (www.fpjq.org)
  • Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (www.ottiaq.org)
  • Société québécoise de la rédaction professionnelle (SQRP) (www.sqrp.org)
  • Union des écrivaines et écrivains québécois (www.uneq.qc.ca)

Le projet cherchera aussi un appui similaire auprès des groupes communautaires du quartier. En regroupant des travailleurs aux talents multiples et en révélant leurs compétences, elles deviennent des ressources pour les voisins et les amis de l'espace.

Il y aura de nouveaux efforts afin de mettre en place une liste d'envoie susceptible de s'agrandir très rapidement et de favoriser les communications.

D'ici peu, nous procéderons à  l'envoie de cartes postales (en voie d'élaboration) qui seront en outre distribués à  des endroits stratégiques (ex. : dans les cafés et bistrots offrant un service d'Internet sans fil).

Enfin, le projet ECTO bénéficiera sous peu d'une vitrine publique virtuelle (via son propre site Internet).

[modifier] Gestion des ressources humaines

Le plus rapidement possible, la coopérative entend embaucher une personne qui travaillera à  temps partiel au départ (20 heures/semaine) puis à  temps plein (35 heures/semaine). Cette personne aura essentiellement pour tâches de voir au bon déroulement des activités au sein de l'espace de travail partagé :

  • répondre au téléphone
  • répondre aux questions des membres
  • traiter la correspondance
  • voir au bon fonctionnement des appareils communs (cafetière, photocopieuse, etc.)
  • tenir les registres de réservations
  • faire le ménage
  • autres tâches.

Pour la première année, nous envisageons faire éventuellement appel à  Emploi-Québec dans le but d'obtenir une subvention pour l'embauche de cet(te) employé(e). L'encadrement de cette personne sera assurée par les membres de la coopérative qui accepteront d'assumer ce rôle à  tour de rôle (un calendrier mensuel sera établi). En contrepartie, les membres qui accepteront de jouer ce rôle pourront bénéficier d'un rabais sur leur forfait mensuel.

Dès que les revenus de la coopérative le permettront, une seconde personne sera embauchée pour prendre la relève des membres pour tout ce qui relève de la gestion quotidienne de l'organisation.