Description du projet - Ecto

Description du projet

Un article de Ecto.

Sommaire

Description du projet

ECTO
Coopérative de solidarité

Le projet ECTO a pour objectif d'offrir un espace de travail partagé aux travailleurs nomades urbains (TNU). Lorsqu'il sera opérationnel, ce projet représentera une formule flexible et abordable d'accéder à un espace de travail qui est à la fois agréable, sain et doté d'équipements et de services partagés.

Le TNU est un professionnel qui est généralement actif dans le secteur des services. Bien qu'il dispose le plus souvent d'un espace de travail à son domicile, ses activités l'obligent à devoir accomplir, de façon régulière ou occasionnelle, une partie de ses tâches à l'extérieur de chez lui. Il a souvent besoin d'un endroit lui permettant de rencontrer ses clients ou de se réunir avec ses partenaires ou en équipe de travail. Le TNU est à la recherche d'un espace plus convenable et mieux adapté qu'un café Internet ou une bibliothèque.

Le projet ECTO veut offrir à de tels travailleurs un espace de travail alliant toutes les commodités d'un bureau moderne (bien équipé) qui permette le travail individuel aussi bien que les rencontres avec des partenaires, des clients ou d'autres TNU. La formule développée se veut pragmatique et novatrice.

La situation professionnelle des TNU est souvent ponctuée d'obstacles (isolement, difficultés à se retrouver dans la paperasse gouvernementale, etc.). Le projet ECTO veut également favoriser les occasions d'échanges de services, de socialisation et de réseautage entre les TNU en mettant en place des activités visant la valorisation des compétences de ses membres et de la communauté. En cela, l'espace ECTO se distingue du centre d'affaires classique, de la colocation commerciale ou du café Internet.

Pour réaliser ces objectifs, les initiateurs de ce projet ont mis sur pied un coopérative de solidarité (ECTO) et comptent donc aménager un espace de travail partagé qui sera accessible aux TNU moyennant différents forfaits. L’espace sera aménagé de manière à offrir un lieu de travail, de rencontre et d’échanges.


Le monde des TNU

Ce projet s'adresse à l'ensemble des personnes qui occupent un emploi autonome. Puisque la définition "d'emploi autonome" varie selon les sources consultées et leurs finalités (i.e. documents à fins juridiques ou fiscales), nous parlerons ici de "travailleurs nomades urbains" (TNU).

Tel que nous les définissons, les travailleurs nomades urbains forment un groupe très composite. Il s'agit essentiellement de travailleurs autonomes, d'individus associés à l'intérieur d'une Société en nom collectif ou d'une micro-entreprise (2 à 4 personnes), de professionnels sans bureau (ex. : représentants, professionnels volants, journalistes pigistes...), de travailleurs autonomes insatisfaits de leur espace de travail (que ce soit à la maison, dans un centre d'affaires ou dans un café), d'étudiants, etc.

Depuis une vingtaine d'années, le nombre des TNU est en progression rapide. Les données du recensement du Canada de 2001 indiquent que 7,6 % de la population active déclarent ne pas avoir de lieu de travail fixe. Les travailleurs autonomes forment le contingent le plus important des TNU. Selon l'Institut de la statistique du Québec, on dénombrait 477 500 travailleurs autonomes en 2003. [1]

Bien qu'ils profitent de certains avantages sur le plan fiscal (possibilité d'inclure une partie de leur loyer dans leurs dépenses), ils ont souvent à se déplacer à l'extérieur pour rencontrer des clients ou pour obtenir certains services spécialisés.

De même, le travailleur autonome qui débute ne dispose pas toujours d'un :

  • équipement adéquat,
  • espace de travail ergonomique, productif et sain,
  • espace pour le travail adapté aux rencontres et au travail de groupe.

Même s'il est bien installé, le travail à domicile n'est pas toujours facile car :

  • la dissociation entre la vie professionnelle et la vie personnelle est parfois problématique,
  • l'isolement professionnel et le manque de réseautage sont fréquemment soulignés comme source de stress.

Selon une étude menée pour la CDÉC Centre-nord, ces aspects figurent au nombre des caractéristiques négatives que déplorent les travailleurs autonomes. [2]

Pour ce groupe de travailleurs, profiter d'un bureau partagé, ne serait-ce qu'une journée par semaine, peut constituer un moyen de briser l'isolement, tout en pavant la voie à des opportunités de collaboration.

Par ailleurs, un nombre croissant de TNU doit composer avec de nouvelles formes d'organisation de travail collaboratif, issues de l'essor des technologies de communication et de la culture numérique. Les "start-up" ou les équipes distribuées et à géométrie variable sont de "petites entreprises" branchées qui n'ont pas toujours les reins assez solides pour louer un bureau sur une base régulière. Pourtant, ces équipes ont régulièrement besoin d'un espace de travail collaboratif ou d'une salle de réunion.

Parmi les TNU, figurent aussi tous ces professionnels de passage (en voyages d'affaires, des régions) et tous ces étudiants et professionnels qui apprécieront sans doute trouver une alternative au café Internet.

Flexibilité et accessibilité

Le projet ECTO offre à ses membres un accès abordable et souple à différents espaces de travail individuel et de groupe. Cet accès est modulable selon le type d'utilisation qui leur convient et selon leurs besoins.

Pour les plus assidus, le forfait mensuel permet un accès 24/7 aux locaux et la possibilité de réserver une salle de réunion sans frais. Il est également possible d'avoir un forfait d'une seule journée par semaine, ou encore pour les soirs et les fins de semaine. D'autres - comme les visiteurs - choisiront de payer à la journée.

Les modalités d'accès et l'organisation des lieux visent à combler les besoins des TNU, que ce soit pour y faire du travail individuel, une session de travail en équipe, pour rédiger en toute quiétude un travail de fond ou encore afin de profiter des possibilités de réseautage qu'offre une telle formule.

Le projet ECTO s'articule autour de locaux modulaires et conviviaux comptant

  • des zones de travail individuel,
  • des zones de travail en petites équipes (2-4 personnes),
  • des salles de réunions pour petits groupes et
  • des espaces communs de rencontre et de repos (cuisine, salon de détente).

Un espace branché et vert

Dans cet espace de travail, l'écologie et l'esthétique convergent pour nourrir les TNU dans leur créativité et leur productivité professionnelles. L'espace ECTO est un lieu où les bonnes idées naissent, où le travail difficile se réalise et où l'innovation peut prendre son envol.

Le mode de gestion des lieux et des activités minimise les sources de pollution (sonore, déchets, ondes, etc.) et optimise la consommation d'énergie. Chemin faisant, cet espace de travail coopératif sera exemplaire dans la réduction de l’empreinte écologique sur l’environnement.

Un espace numérique pour ses membres

Travailleurs de la connaissance, travailleurs aux compétences variées, la clientèle première de l'espace ECTO est aussi une clientèle branchée et résolument ouverte aux nouvelles technologies.

Par le regroupement des forces, le projet ECTO permet l'installation d'équipements collectifs de qualité allant de l'Internet sans fil aux projecteurs dans les salles de réunion , en passant par un appareil multifonction - imprimante, photocopieur, télécopieur et numérisateur ("scan").

Le projet ECTO ne se résume pas à un espace physique; en effet, ce projet se prolonge sur le Web par la mise en place d'une vitrine axée sur la valorisation des compétences de ses membres.

L'espace ECTO : une coopérative de solidarité

Le projet ECTO prend la forme d'une coopérative de solidarité. De cette façon,

  • il appartient à ses membres, donc adapté à leurs besoins
  • sa gouvernance est démocratique et transparente
  • le partage se trouve au centre de ses préoocupations.

Le projet ECTO compte recruter

  • des membres utilisateurs,
  • de membres travailleurs, à moyen terme, pour soutenir les activités de l'espace
  • des membres de soutien : organismes intéressés par le projet, notamment l'informatique communautaire, les projets ouverts, les démarches collaboratives, communautaires et coopératives dans l'écconomie du savoir.

L'expérience ECTO sera documentée sur ce wiki et pourra peut-être faire des petits... En outre, le projet ECTO s'intégrera dans le mouvement mondial des « co-working spaces ».

Par ailleurs, nous entendons également être actif dans le réseau des coopératives, afin notamment d'élaborer des ententes pour des échanges de service.